les compagnons du Destin

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 



 Tchîîîîp!! 
 
 
Cylisa
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   les compagnons du Destin Index du Forum  .::. ______Les compagnons  .::. Membres de la guilde.

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Sam 17 Juil - 18:56 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

  Certaines personnes voient les sadidas comme des protecteurs de la nature. D'autres les considèrent comme de vulgaires primitifs. Cependant, tous sont d'accord pour affirmer qu'ils utilisent les forces de la nature à leur avantage. En revanche, trop peu savent définir les limites de ce qu'ils apellent la nature...

  Dans les terres d'Amakna, perdu en pleine bordure de la forêt maléfique, une sadidette naquit dans une modeste famille. A côté de la cabane, perchée dans un chêne majestueux, qu'habitait la famille de sadida, ce jour là, un orme commença à pousser. Le nouveau né, lors de sa croissance éprouva de grandes difficultés pour effectuer les actes les plus simples. Rien qui n'inquièta qui que ce soit. Mais, devant l'absence de raisonnement à l'adolescence de la jeune sadidette, une peur émergea de l'esprit de ses parents. Paniqués par l'éventualité que leur fille soit sous l'emprise de quelque sortilège, ils firent appel aux meilleurs sorciers sadidas. Les pratiques vaudous les plus efficaces comme les plus inquiètantes furent pratiquées sur la jeune sadidette. Mais aucune n'eut d'effet.
  A vingt ans, la jeune fille ne répondait toujours pas à "Cylisa", son prénom. Mais il y avait quelque chose de plus important. le paysage avait subi une importante modification. En à peine vingt ans, un orme majestueux était apparu. Très vite, il fut réputé comme le plus beau de tout le monde des Douze. Des quatre coins du monde affluèrent des marchands itinérants, des aventuriers, de simples curieux, des ermites et tant d'autres qui vinrent chercher, sous la lumière du soleil filtrée par els branches de l'arbre, une nouvelle forme de paix intérieure.
  Mais, bien évidemment, et contre toutes protestations, un bucheron vint un jour pour couper cet arbre. Cet acte entraîna des conséquences plus qu'inattendues. De nombreux sadidas vinrent protèger l'orme, tandis que plusieurs enutrofs et iops étaient venus récolter leur part du butin. Une véritable lutte s'engagea dès lors. Des lianes emprisonnèrent les bucherons tandis que les épées volaient littéralement vers les sadidas. Puis, mystérieusement, comme doué d'une volonté propre, l'Orme s'effondra... Sa chute, soudaine, brutale, érigea un mur infranchssable entre les deux camps. Tous restaient abassourdis. Les bucherons avancèrent dans le but de s'emparer du précieux bois, mais Cylisa était là, debout sur la base du tronc, une lueur nouvelle dans les yeux. Pour la première fois de sa vie, elle parla, d'une voix souveraine et puissante.

-N'approchez pas. Ma forme végétale n'est plus, mais cette incarnation charnelle saura vous châtier de votre idiotie. Mon existence vise à apporter la paix, et vous, charognards avides, vous amenez la guerre, et vous servez de moi comme prétexte!

-Ecartes toi, jeune fille! OU nous te passerons sur le corps! Prévint un iop au sang chaud.

  Cylisa n'en fit rien. Après cet avertissement, les bucherons se ruèrent sur la sadidette qui paraissait sans défenses sous sa frêle apparence. Mais ses yeux verts, qui contrastaient harmonieusement avec son teint hâlé et ses cheveux de neige, ne perdirent rien de leur regard autoritaire et majestueux. Après tout, elle aussi, elle les avait prévenus... Ce qui se passa alors, nul ne le comprit rééllement. Pour les sadidas, encore sous le choc de la chute de l'orme, ce fut un spectacle de dévastation. Pour les iops et enutrofs, ce fut un massacre infernal. L'arbre s'enflamma soudainement, déclenchant un véritable incendie. OUtre la surprise créée chez les bucherons, plusieurs furent immolés dans des feux magiques. Les survivants, encore nombreux, continuèrent leur charge. Puis, des rameaux incandescents, dégageant une chaleur caniculaire, des torrents de boue surgirent, emportant, sur leur passage, les bucherons, mais aussi toute nature à portée. Y compris un grand chêne, où deux sadidas, parents d'une jeune sadidette d'une vingtaine d'années, observaient la scène. Heureusement pour eux, ils n'eurent pas le temps de comprendre ce qui se passait... Le lieu fut, dès lors, nétoyé de tout intervenant hostile à la nature. Et le regard de Cylisa perdit tout de sa majesté. Un vieux sadida vint vers elle.

-Une destructrice telle que toi, disciple de sadida... Notre Dieu verra son honneur à jamais entâché de ton existence. Pars immédiatement, rien ne te retient ici. Et aussi, évite tes congéneres, c'est mon dernier conseil. La chute de cet orme n'est pas le fruit du hasard, et un tel acte est impardonnable!

  Sans un commentaire, Cylisa partit. Désorientée, ne sachant rééllement que faire, elle partit vers le nord, sans vraiment savoir pourquoi. Seule, mais toujours quelque peu accompagnée, elle suivait les instructions. Celles d'une voix autoritaire, dans sa tête.

-Je sais t'avoir volé ta plus tendre enfance Cylisa, mais nous avons une mission à accomplir. Le monde est devenu instable, et pour instaurer la paix qui est mon but, nous devons d'abord le défricher de toute cette vermine. Je ne vois qu'un seul moyen pour y arriver, réunir les Oeufs de dragon, les Dofus! Fais moi confiance, si tu te trouves en difficulté, je prendrais le relais. Tout se passera bien.
  Continue au Nord, quoi qu'il arrive, il te faut trouver des compagnons, seuls, nous ne pourrons rien!

  Sans rééllement savoir qui était cette voix, Cylisa suivit ses ordres. après tout, que pouvait-elle faire d'autre?




Dernière édition par Acoguard le Dim 5 Sep - 18:21 (2010); édité 3 fois
Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Sam 17 Juil - 18:56 (2010)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Sam 17 Juil - 18:57 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

  Cylisa amorça son périple vers le nord. Une fois que l'esprit abrité par l'ancien orme avait fait son apparition, puis s'était réfugié au fond de la sadidette, celle-ci s'était révélé être une jeune fille peureuse. Effrayée par les aventuriers qu'elle croisé, princiaplement. Nombreux d'entre eux avaient, dans els yeux, cette lueur avide qu'elle avait déjà aperçue chez certains enutrofs et iops... Alors, elle les évitait au plus possible. Quant aux créatures qu'elle croisait, elle les renvoyait d'où elles venaient sans aucun problème. Mais, un jour, alors qu'elle réexpidait un abraknyde trop aventureux dans sa forêt, elle ne s'était pas rendue compte qu'elle était observée...
  Les abraknydes n'ont jamais été plus intelligents que les autres arbres, mais ceux là avaient prévu de tomber en masse sur la sadidette. Ils s'élancèrent malgré leur lenteur affligeante. Leur marche puissante et inébranlable enfermait CYlisa contre une roche émergeant de l'humus glacial qu'elle foulait à pieds nus. La jeune fille commençait à prendre peur, mais elle n'avait nulle part où fuir... N'ayant rien d'autre à faire, elle combattit! Des trombes d'eau mêlées à des colonnes de flammes surgirent de ses mains pour mettre les abraknydes en déroute! Hélas, ces méthodes étaient plus dissuasives qu'autre chose! La frêle Cylisa n'avait alors que bien peu de force, trop peu pour espérer venir à bout de ces monstres! Etonnés quelques secondes, les abraknydes revinrent à la charge tandis que la sadidette suppliait son Dieu de venir à son aide.

-Nul besoin de supplier Sadida, je t'ai dit que je prendrais le relais si jamais la situation s'avérait difficile.

  Cylisa se releva, l'éclair souverain dans les yeux. Elle orienta les doigts de sa main gauche vers ses ennemis, sans même les regarder. Quelques syllabes sèches et cassantes sortirent de sa bouche.

-Hors d'ici.

  Des rayons incandescents s'échappèrent du bout de ses doigts, et percutèrent violemment les abraknydes. La majorité d'entre eux furent réduits en cendres, mais quelques uns survécurent. D'un mouvement rapide du poignet, Cylisa plaça la paume de sa main vers ses ennemis. Un torrent d'eau claire, d'une puissance suffisante pour faire s'écrouler le phare de Madrestam, fit son apparition et emporta les monstres au loin! Cylisa revint à elle et s'écroula. Bien qu'elle en fut pas l'actrice de ce spectacle, c'était son corps qui agissait, et la fatigue se faisait aussi bien ressentir. Cependant, un arbre maudit était encore là...
  Une petite araknée, d'une intelligence sans bornes pour sa race, bien cachée dans le tronc d'un abraknyde, avait observé le déferlement d'eau et de feu avec stupeur. Son hôte, devant une telle vision de l'enfer, s'échappa aussi vite qu'il put... Soit bien lentement! Mais ce petit arachnide resta là, à observer cette curieuse sadidette. De sa vie, elle avait pu observer cette race se servir des éléments naturels telles que les végétaux pour anéantir leurs ennemis. Mais celle-ci s'était servi d'eau et de flammes pures, une énergie élémentaire concentrée que la petite créature n'avait presque jamais eu l'occasion de voir.
  L'araknée s'approcha de la jeune fille. Celle-ci, bien qu'ayant remarqué la créature, ne bougea pas. La nouvelle venue, alors, poussa l'audace jusqu'à lui grimper sur l'épaule. Cylisa observa l'arknée prendre un nouvel hôte. Une voix, devenu presque douloureuse avec la fatigue, résonna dans sa tête.

-Je crois que nous avons là une araknée bien extraordinaire! Peut être arriverait tu à communiquer avec cette créature, si tu te laissait envahir par ton environnement.

-Je vais... Essayer... Haleta Cylisa dans sa fatigue.

  La sadidette ferma les yeux. Huma la terre, écouta le vent. L'araknée sur son épaule ne bougeait pas, bien qu'elle sentait que quelque chose d'assez peu commun était en train de se produire. Cylisa continua. Laissant l'air de la forêt traverser sa peau, pénétrer en elle par sa gorge, elle entendit jusqu'au plus petit frémissement du sous bois, ressentit le souffle des arbres sur sa nuque. Elle tira toute l'extase possible de cette expérience tandis que, sans s'en rendre compte, elle entrait dans un état de transe. Une voix fluette rompit cet instant.

-Tu es vraiment quelqu'un de particulier!

  D'où venait cette voix? Cylisa regarda autour d'elle, les yeux grands ouverts et les pupilles dilatées.

-C'est moi! L'araknée sur ton épaule! Mon nom est Rachnédra. Je suis considérée comme une sage parmi mes amies à huit pattes! Tu m'as impréssionnée! Je vais te suivre, je pourrais observer plein de choses extraordinaires avec toi! Mais d'abord, tu dois te reposer, tu es exténuée. Je vais monter la garde, ne t'inquiètes pas et dors sereine. J'ai tous les interêts à te garder en vie.

-Mon nom... Est... Cylisa...

  Puis elle s'endormit dans ce souffle, le regard bienveillant de Rachnédra posé sur elle. Au moins, Cylisa n'était plus accompagnée que de ce mystérieux esprit tapi en elle!













Dernière édition par Acoguard le Dim 21 Juil - 14:19 (2013); édité 3 fois
Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Sam 17 Juil - 18:58 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

  Le périple continua vers le nord. Cylisa passa à l'est du village d'Amakna, tentant au plus possible d'éviter les foules. La voix en elle la guida ainsi vers un passage souterrain qui la ferait passer près d'Astrub, avant d'essayer de trouver un groupe d'aventuriers qui la protégeraient. Cylisa entra dans le souterain... A la première foulée dans le boyau sombre, une horde de rats l'assaillit! Elle tenta d'utiliser ses pouvoirs, et envoyer quelques flammes lécher le corps duveteux de ses ennemis, mais ils étaient trop nombreux! Elle hurlait!

-Aides moi! Je ne sais pas qui tu es, mais aides moi!  La voix ne répondit qu'une seule chose.

-Fuis! Le plus vite que tu peux! Battons en retraite pour le moment!

 Cylisa gambada le plus vite possible hors du souterrain, Rachnédra la suivant de très près. Elle se posa finalement à l'ombre d'un bosquet d'arbres. Sa patience avait atteint ses limites!

-Ca suffit! Qui es tu? Tu es toujours là, tu dis que tu vas m'aider, mais pour le moment tu ne m'as causé que des ennuis! Tu m'as volé mes plus jeunes années, tu menvoies dans un combat qui n'est pas le mien, et maintenant, alors que tu as dit me protéger, tu me délaisses contre une horde de monstre! Qui es tu à la fin? Tu dois bien avoir un nom, au moins!

Il ne répondit pas tout de suite à la voix flutée de Cylisa. Rachnédra, ne pouvant entendre la totalité du discours, comprit tout de même ce qui se passait. Elle se tapit sur l'épaule de la sadidette, espérant entendre quelqu'un répondre.

-Mon nom, répondit la voix, je ne peux pas te l'apprendre. Mais, tu n'as qu'à m'appeler Orme. Je pense que c'est assez approprié. Quant à qui je suis, je ne peux pas tout te dire une fois de plus. Sache que je suis un esprit très puissant, indépendant des Douze. Mon rôle en ce monde est d'apporter la paix intérieure au gens. Je sais que ce n'est pas tout à fait ce que je te procure... mais je n'ai pas le choix... Tu m'en vois terriblement navré! Je suis désolé, mais tu devra te contenter de ces réponses pour le moment...

  Sanglotant encore sous les émotions récentes, Cylisa hocha de la tête, en tremblotant. Rachnédra se montra quelque peu préssante. Le petit son fluet se fit entendre.

-Qu'est-ce qui se passe? Qui est la personne à l'intérieur de toi? Un démon de Rushu? Un apôtre de Sadida?

-Je ne sais pas vraiment, répondit-elle, revenant peu à peu à elle, Mais rien de tout cela.

  La petite araknée extériorisait sa curiosité en tournant en ronds sans cesses. Ce petit manège n'empêcha pas Cylisa de s'endormir... Rachnédra remarqua l'assoupissement de sa camarade et monta la garde. Ces sadidas, ils n'arrêtaient jamais de dormir!



-Lèves toi Cylisa! J'ai des choses à t'enseigner!

   La jeune fille se réveilla en sursaut, interrompue dans son sommeil par Orme. Rachnédra vint le voir lorsqu'elle ouvrit les yeux, et, rassurée par les étirement dfficiles de Cylisa, elle repartit surveiller les environs.

-J'ai laissé ma trace sur toi, te permettant de manipuler les éléments, mais tu dois apprendre à maîtriser les techniques de tes congénères également! Dans ces bois, nous pouvons trouver les matériaux nécessaires à la confection de poupées magiques, et le climat est favorable à l'appel des forces de la nature. Il va donc falloir t'entraîner, ainsi nous pourrons passer par ce souterrain.

  Sous la direction d'Orme, Cylisa commença son entraînement. Elle fabriqua des poupées à partir d'ossement de chafers, ou de rocs plus solides que l'acier. Elle se servit de poudre explosive et de boyaux élastiques. Elle apprit à apporter le souffle de vie, ou ce qui s'en approche le plus, à ses poupées magiques. Puis l'entraînement se pousuivit avec l'invocation de ronces pour blesser l'ennemi, et de lianes pour le paralyser. Cylisa éprouvait des difficultés à ces exercices, ais à force de pratique, elle parvint à avoir une maîtrise correcte de toutes ces techniques, bien que ses forces restaient les énergies pures. Elle travailla également dans cette optique, faire apparaître des flammes plus grosses, une eau qui surgit avec un débit plus important, elle commença également à invoquer les foudres. ce travail allait-il payer? Cylisa en aurait très bientôt le coeur net, elle s'avançait vers le souterain...



Dernière édition par Acoguard le Sam 17 Juil - 19:11 (2010); édité 2 fois
Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Sam 17 Juil - 18:58 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

Les rats accoururent à l'arrivée de Cylisa. Sure d'elle, elle agit sans attendre. Elle tendit la paume de sa main vers ses ennemis. Un flot puissant d'eau claire en surgit et envoya trois rats au loin. Cela ne suffit ni à les blesser, ni à les effrayer, mais cela laissait plus de temps à la sadidette pour son prochain mouvement. Et il ne se fit pas tarder! Elle joignit ses mains devant sa poitrine en entrecroisant les doigts, eut un temps d'arrêt d'une petite saconde, puis écarta subitement les bras en un gest violent. Une demi douzaine de rats trop audacieux virent s'abbattre la foudre sur eux. Etourdis, ils n'eurent pas le temps de revenir à leurs esprits avant que Cylisa n'envoit sur eux des flammes puissantes. Enflammés, les rats s'enfuirent vers leurs ennemis, et les repoussèrent. Les monstres hésitèrent... Du moins, jusqu'à ce qu'un des leurs n'evoie sa lance sur Cylisa...
  Piètre tireur, le rat ne fit qu'effleurer son visage, mais la vue du sang suffit à redonner courage aux monstres. Quant à Cylisa, la peur la regagnait peu à peu...

-Je suis en toi! Moi, Orme! Protèges toi avec la puissance à ta disposition!

  L'esprit sembla envoyer à sa protégée une vague de chaleur qui lui redonna du courage. Mais maintenant que es rats n'avaient plus peur d'elle, elle devait s'abriter pour penser à une stratégie. prenant une énergie inconnue tapie au fond d'elle même, elle extériorisa cette énergie devant elle et lui donna la forme d'un arbre. A peine plus grand qu'elle, il bouchait le chemin. Cela suffirait à bloquer les rats le temps nécessaire. Cylisa regarda autour d'elle pendant que les monstres commençaient à élaguer copieusement l'arbre d'énergie. Elle sortit ses poupées d'une petite sacoche qu'elle portait en bandouillère. Prenant celle faite de pieres, elle colla ses lèvres contre la poupée et souffla une part de son être dedans. La poupée grossit jusqu'à devebir comme un Poutch! Suivant les ordres de sa maîtresse, elle se mit en première ligne, devant la poupée de poudre explosive. Mais il manquait encore quelque chose à son plan...
  Quelque chose la chatouilla sur la nuque... Rachnédra! La solution était là!

-J'ai besoin de toi Rachnédra! Faufiles toi derrière les rats, je veux que tu en mordes un suffisemment fort à la cheville pour qu'il hurle!


-Mordre? Je ne sers pas qu'à ça voyons! Je ne suis pas une araknée de seconde zone!


-Oui mais ça suffira pour ce que je veux faire! Fais le à mon signal!

  Rachnédra, renfrognée, obéit aux exigences de son amie. Furtivement, elle se glissa derrière les rats, et se prépara à mordre celui qui lui semblait le plus fragile! Il dépassait difficilement le mètre dix, et il semblait à l'araknée que ses jambes n'étaient en fait que des tibias!
  Pendant ce temps, Cylisa finissait de se préparer. Toutes les actions qu'elle devait faire étaient inscrites dans sa tête. Il était temps d'agir! Elle appela l'araknée.

-Rachnédra, maintenant!

  Vous avez déjà entendu un rat hurler de douleur? Demandez à l'araknée, elle vous dira que c'est pas joli! D'ailleurs elle n'entendit plus rien après, pendant quelques minutes... Mais l'effet voulu fut présent. La suite fut très rapide. Tous les rats s'étaient retournés, Cylisa avait fait disparaitre l'arbre. Ses deux poupées s'ataient avancées jusqu'au centre des rats en quelques secondes, et celle de poudre avait explosé avec fracas dans la souterrain. De son côté, la sadidette avait immolé les rats devant elle. La panique avait été instaurée chez ses ennemis, et la déroute était proche. Mais quelques durs à cuire lui faisaient encore face!

-Abrites toi Rachnédra!

  Hélas, comme je vous l'avais dit, la petite araknée n'entendait pas grand chose à ce moment là... Cylisa fit surgir de ses paumes de mains un torrent qui balaya les derniers rats. Et, comme diraient certains marins de Madrestams, ils quittèrent le navire! Cylisa, satisfaite, dit à son amie à huit pattes qu'il fallait reprendre la route. C'est alors qu'un petit bruit se fit entendre, une voix fluette... Celle d'un arachnide qui semblait avoir recouvert l'ouïe!

-Par les noeuds du Chêne Mou! Tu peux pas prévenir quand tu balances des trombes d'eaux? Et moi alors? Je me fais noyer pendant ce temps là! Heureusement que je sais nager!

  Cylisa passa sans problèmes le fait qu'une araknée sache nager, mais elle eu beau délibérer pendant plus de dix minutes, en marchant, il fut décrétée qu'elle n'avait pas averti la petite araknée...

  La sadidette parvint enfin à la région d'Astrub. Le reste de la traversée du souterrain s'était effectué sans encombres, et elle comptait bien s'octroyer une petite sieste au soleil! C'est que celui ci lui avait manqué pendant qu'elle marchait dans l'ombre du tunnel! Mais, pendant qu'elle dormait, un étrange dialogue se déroulait...

-Hé! Tu peux m'entendre?

  C'était Rachnédra.

-Oui, je peux même te répondre. Répondit Orme.


-Ca alors! Il y a vraiment deux personnes dans Cylisa! Incroyable! Alors, tu es quoi? Un démon?


-Je n'ai pas répondu à Cylisa, je n'en ferais pas plus pour toi. Je suis Orme, voilà tout ce que tu sauras.


-Je vois... Dis moi, Orme, si je ne me trompe pas, tu sais plein de choses. Alors dis moi, pourquoi cette fille contrôle-t-elle des forces plus qu'improbables chez les sadidas?


-C'est mon influence qui lui donne cette maîtrise des éléments. Mais cela ne t'aidera pas à en savoir plus sur moi, Rachnédra.


-Loin de moi cette idée... Je ne suis pas une araknée qui cherche à savoir pourquoi elle a huit pattes... Tu sais, Orme, je ne suis pas idiote non plus! Et je sens toute l'énergie qui s'évacue de Cylisa lorsqu'elle se bat. Cette puissance, elle vient de toi... Ou d'elle?


-Une partie vient de moi, l'autre d'elle. Pourquoi as tu besoin de savoir cela?


-Elle évacue trop de sa vie quand elle se bat... Elle ve finir par mourir à ce rythme...


-Oui, Cylisa est très faible. C'est d'ailleurs pour ça que je l'ai choisie. Je suis suffisemment puissant pour permettre à l'énergie qu'elle extériorise en combattant de revenir à elle. Sans mon intervention, elle n'aurait pas vécu beaucoup plus de quelques années. Ces déséquilibres sont causées par ce monde en chaos total. Il se dit, parmi les puissants, qu'il faut réunir les six dofus pour rétablir l'équilibre en ce monde... Plus que rétablir l'équilibre, ils permettraient à Cylisa de vivre sa vie jusqu'au bout. Car viendra un jour où je devrais m'en aller...

  L'araknée ne dit plus rien. Malgré le peu de chemin qu'elle avait fait avec Cylisa, elle était sous le choc de ces révélations. Négligeant la garde, l'araknée alla se blottir contre la sadidette pour la nuit.



Dernière édition par Acoguard le Sam 17 Juil - 19:14 (2010); édité 2 fois
Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Sam 17 Juil - 18:59 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

L'arrivée à la cité d'Astrub se fit sans emcombres, si ce n'est pour Rachnédra, qui maudit Cylisa pour s'être retournée dans son sommeil. En conséquence, l'araknée se trouvait dans la poche de Cylisa, elle avait exigé le transport... Cylisa, encapuchonnée dans un tissu marron, cherchait la taverne. D'après Orme, il s'agissait du meilleur endroit pour trouver des compagnons de route.
  La sadidette s'était réveillée en pleine forme, emplie d'une volonté nouvelle, celle d'aider Orme à rétablir la paix chez les habitants de ce monde. Dès le lever, elle s'était imposé une scéance d'entraînement pour faire face aux dangers que lui réservait son aventure. Silencieusement, Rachnédra constatait que CYlisa amplifiait la puissance de ses attaques, et si Orme n'avait été là, ça aurait été au détriment de sa vie... Mais les deux amis de la jeune femme étaient satisfaits de l'ardeur qu'elle mettait à l'entraînement, elle aurait besoin d'une parfaite maîtrise de es forces pour parvenir au bout de sa quête...
  Elle entra finalement dans la taverne d'Astrub. Un joyeux bazar règnait dans l'établissement. Rachnédra s'empressa de sortir de sa poche pour se diriger vers l'arrière salle où était entreposées les boissons, en se faufilant entre les bottes, parfois très lourdes, des aventuriers. Enivrée par le climat de la taverne, Cylisa n'entendait pas très bien ce qui se passait, elle en devint même somnolente. Un sram s'était levé sur une table et fit un long discours que Cylisa n'entendit pas.

-Ces aventuriers feront parfaitement l'affaire. Qu'en penses-tu Cylisa? Cylisa? Tu m'écoutes?

  Refusant d'admettre son inattention, la sadidette affirma.

-Oui, je vais leur demander.

  Cylisa s'approcha des personnes autour du sram et leur demanda si elle pouvait se joindre à eux, par l'expression le plus simple. Le sourire assez effrayant du sram fut un assentiment suffisant.


  Très vite, la sadidette fut intégrée parmi les compagnons du destin. Elle combattit aux côté du Guide qui entend la voix des Dieux, Sanlioc, un sram plus fourbe que les buissons de l'île du Moon. Force sanguine et Mac Leod, deux sacrieurs invincibles. Xolosonne, un féca plus dur que le roc, et Matsiak, un osamodas proche de ses animaux. Mais les compagnons étaient voués à s'agrandir!
  A leurs côtés, Cylisa était vouée à faire de grandes choses. Mais son enseignement était encore incomplet... Orme avait encore des choses à lui apprendre. Ce pourquoi Cylisa se retira dans la forêt près du foyer des Compagnons du Destin pour parfaire son entraînement.

-Tu as encore des choses à apprendre Cylisa. Je vais t'aider à devenir une meurtrière. N'y vois pas la connotation péjorative de ce terme, je veux t'apprendre à tuer tes ennemis. Jusqu'à maintenant, tu n'as fait que les tuer indirectement par le feu, ou les effrayer. Je veux sentir en toi la résolution de tuer quelqu'un ou quelque chose. L'intimidation et les flammes ne suffiront pas à ta quête. Tu te souviens quand tu es parvenue à communiquer avec Rachnédra? Le procédé pour t'apprendre à vouloir tuer est plus ou moins le même. Comme tous les sadidas, tu es proche de la nature. Observes à nouveau cette nature. Tu verras que le meurtre en fait partie intégrante. Je veux que tu ressentes cet assissinat constant de la nature.

  Cylisa se mit à observer la forêt, se démenant pour y trouver quelque chose de meurtrier. Les ronces et les roses avaient beau avoir des épines, elles n'attaquaient personne! Quelques plantes étaient vénéneuses, mais seuls ceux qui s'y frottaient en payaient les frais. Même en élargissant son regard au maximum, elle ne parvenait pas à déceler le côté meurtrier de la nature. Elle observa pendant plusieurs jours le forêt... En vain...
  Exténuée, Cylisa se posa sous un chêne majestueux. Il lui rappelait celui où elle était née. Non loin d'elle, un corbacse nourrissait des restes d'un sanglier mort. Même ça, ce n'était pas meurtrier! L'animal était déjà mort! Puis, l'éclair vint, sous la forme d'un kwak majestueux. Sans prévenir, il saisit le corbac qui se nourrissait et lui brisa le cou à l'aide de ses serres puissantes. Sans plus attendre, le rapace emporta son butin vers son nid. Cylisa avait enfin compris!

-Je pense avoir compris, Orme. La nature ne tue pas par plaisir, ni gratuitement, sans raisons. Elle tue par nécessité. Ces morts sont tristes, mais indispensables à l'équilibre. Les plus grands arbres doivent tomber pour permettre aux plus jeunes de pousser, tout comme les prédateurs doivent tuer les créatures herbivores pour éviter que toute végétation ne soit détruite. c'est l'équilibre naturel.

-Tu as vu. Le meurtre est une nécessité dans la nature. Il le sera pour toi également. Ta nature à toi doit être meurtrière pour avancer! Sers toi de ce que tu viens d'apprendre pour aller droit devant, et aider tes compagnons!

  En cet instant victorieux, une voix fluette fit son intervention.

-T'en as mis du temps à comprendre! Enfin, si tu dormais moins aussi...

  Cylisa rit de la remarque de son amie à huit pattes. Puis elle se dirigea vers le foyer des compagnons, pleine d'une détermination nouvelle. Tuer serait une nécessité dans son périple. L'équilibre serait rétablie par le meurtre, et elle serait la meurtrière, non pas méchanceté, ni par avidité, mais par nécessité. Maintenant qu'elle n'était plus seule, personne n'avait à se trouver sur son chemin!

           Fin de la première partie.



Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Jeu 22 Juil - 16:22 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

  Deuxième partie: Inquisition

  Cylisa avait vécu déjà bien des aventures aux côtés des compagnons du destin. Et il lui semblait avoir trouvé sa place. Ils voyageaient sans cesses, répondant aux ordres des dieux, par l'intermédiaire de leur guide, Sanlioc. Ou tout simplement par la nécessité, organisant de grandes chasses pour bannir les monstres des environs de leur foyer. De nouveaux appelés étaient venus, notemment Kill Green, confrère sadida de Cylisa qui s'étonnait de la voir user de flammes et de flots, sans pour autant la questionner...
  Orme et Rachnédra restaient avec elle. L'un parce qu'il ne pouvait sans doute pas faire autrement, et l'autre parce qu'elle s'amusait comme une folle. Cylisa ne restait jamais vraiment seule, bien qu'elle devoir surmonter l'épreuve qui l'attendait sans l'aide de ses compagnons...

  Ce jour là, Cylisa se promenait des les rues de Bonta. Au milieu des miliciens, mercenaires et soldats en tous genres. Rachnédra ne la laissait plus dormir. Elle voulait absolument gouter à du minoskito, et Cylisa n'aurait pas de repos tant qu'elle n'aurait pas satisfait les attentes de l'araknée. La sadidette ne tenait pas à voyager jusqu'à l'île où l'on trouvait ces insectes, alors, rassemblant ses économies, elle était partie à Bonta pour y trouver le festin de son amie. Elle se rendait vers le marché, se promenant au passage devant les étalages des artisans, s'arretant devant les drgodindes aux pattes puissantes... Elle contemplait toutes ces nouveautés.
  C'est au détour d'une rue qu'elle se laissa surprendre. alors qu'elle avait baissé sa garde, un coup de plat d'une lame l'atteint en plein visage. Un léger filet de sang coulant de son nez, étourdie et étalée sur le sol, elle tenta de voir son aggresseur. Un écaflip au pelage blanc, une épée courte et large à la main. Elle se releva en un mouvement, et fut saisie sous les épaules par un autre individu derrière elle. Elle ne pouvait le voir, mais sa poigne ferme l'empêchait de bouger. Ses deux aggresseurs discutaient.

-Obronk, c'est elle?

-Oui Traros, aucun doute possible. La fille à l'esprit! Fais ton travail, boule de poil!

  L'écaflip hocha de la tête, prit son épée, et s'apprêta à assener un coup de la poignée à la sadidette. D'un coup, il hurla! Il se tint immédiatement la cheville et Cylisa, dépassé par le fil des évènements, aperçut Rachnédrasur l'épaule de son aggresseur. Il était temps pour elle de réagir! Elle se débattit, mais son deuxième adversaire était plus fort qu'elle, il ne la lacherait pas! L'araknée occupait le deuxième compère, mais cela ne durerait pas beaucoup plus longtemps! Toucher un ennemi collé à son dos n'était pas chose aisée! Il falalit qu'elle arrive à s'en dégager, et vite! Se laissant guider par son instinct, ele tendit la main, se concentra, et expira une partie de son énergie, et la modela par sa volonté et sa poigne. un bâton à l'extrèmité arrondie, comme une crosse, apparut dans sa main. Elle cambra le dos, et glissa l'arme entre ses vertèbres et son aggresseur. Elle n'avait plus beaucoup de temps! Rachnédra avait du battre en retraite! L'écaflip reprenait son arme! Cylisa courba alors le dos, et abaissa son bâton d'un seul coup. Son adversaire devait être un homme, au son de sa voix... Le coup atteint sa cible, à l'endroit prévu! Il serait hors jeu pendant quelques précieuses secondes! Alors que le deuxième compère levait son épée, elle se rua aux pieds de celui ci, rendant la frappe impossible, et le fauche d'un coup de bâton. Il tomba sur le sol pavé. La sadidette recula alors, et fit disparaitre son bâton. Le dénommé Obronk, un disciple de féca, fit une réfléxion.

-Plus de doutes possibles! Urgh... Cette petite garce est bien celle qu'on cherche! Regardes! Un flux d'énergie retourne à son corps!

-Mais d'où a-t-elle sorti cette arme? geignit l'écaflip, Traros.

-Elle l'a matérialisé! C'est quasiment impossible pour nous, cela nous tuerait en peu de temps! Donc elle possède bien cet esprit!

  Cylisa ne s'interrogea pas quant à ce qu'il disait. Voyant qu'ils se relevaient, elle se préparait à leur envoyer ses foudres! Mais ils ne venaient pas à l'attaque... Ils regardaient derrière elle! Flairant le danger, elle se retourna. C'était un xelor, plus grand que la moyenne, qui lui jetait un regard sombre. Sans dire un mot, sans même faire un seul mouvement, il lui envoya une décharge d'énergie temporelle. Cylisa vit les choses s'accélérer. Que faire? Ses ennemis bougeaient trop vite! elle tentait de voir le xelor, mais elle ne pouvait pas même distinguer son visage, un masque noir l'ornait! Tous se déplaçaient bien trop vite!

-Bouges! Cette magie n'est rien qu'un subterfuge! Envoies tes pouvoirs tout autour de toi, ils seront obligés de se décaler!

  Elle s'éxecuta, et un anneau enflammé s'échappa de sa taille. Elle reprenait ses esprits peu à peu. Ses ennemis avaient reculé, mais elle était encore encerclée! Elle sentit une légère pression sur son épaule qui la fit sursauter.

-Ce n'est que moi. je me sens plus en sécutrité ici, je en me prendrais pas tes flammes au moins! Il s'agissait de Rachnédra.

  Le xelor masqué devant elle était son plus grand obstacle... Oubliant les deux ennemis dans son dos, elle se rua vers lui, tendant les paumes et laissant jaillir les traits enflammés de ses mains. Surpris de sa soudaine charge, l'individu masqué fut obligé de se déclaer pour éviter les missiles magiques, ouvrant une voie à Cylisa. La sadidette profita de l'occasion et fuya aussi vite qu'elle put. Vers où? Elle n'en savait rien!

-Pas par là! Vas vers le zaap! C'est la seule manière pour qu'ils ne te poursuivent pas!

  Suivant les instructions de Rachnédra, qui disait sentir l'énergie de l'artéfact, elle prit à gauche. Un osamodas armé d'un marteau colossal l'y attendait. Sans demander son reste, le jeune fille fit demi-tour. Ils avaient l'air organisés... Tant pis pour le zaap! Elle s'orienta vers la muraille. Les miliciens la protègeraient sans doutes! Elle courut aussi vite que ses jambes le lui permirent. Les premiers miliciens étaient en vue.

-Mademoiselle, ça va?

  Cylisa, à bout de souffle, essaya de leur expliquer ce qui se passait, ou du moins ce qu'elle comprenait. Mais le garde bontarien ne l'écoutait déjà plus. Un filet de sang à la commissure des lèvres, il s'écroula une flèche plantée dans le flanc. Un individu muni d'un arc, perché sur la muraille, un capuchon gris lui cachant le visage, décocha une flèche sur le deuxième milicien à portée.  Effrayée par le cadavre devant elle, le jeune femme reprit sa course éfreinée! Les portes n'étaient plus très loin! Néanmoins, du coin de l'oeil, elle voyait l'archer qui la suivait sur la muraille. Si il se mettait dans son chemin, elle ne pourrait rien faire! La terre était meuble près des portes, et la pavé laissait voir quelques fleurs sortir de l'humus. Une plante grimpante et solide commença à pousser rapidement sur ce carré de terre. En queqlues secondes, il atteignit le haut de la muraille et commença à courir le long du rempart. L'archer avait encoché une flèche à son arc, et visait Cylisa, sans arrêter sa course. Le trait partit au moment où il se prit les pieds dans une plante plus épaisse qu'un poignet, et manqua complètement sa cible!
  Cette fois, c'était bon! Cylisa avait atteint les portes! Et personne n'en bloquait l'entrée! Rachnédra lui ordonnant de se dépêcher, la sadidette s'enfuit dans le bois de Litneg. Cette forêt était réputée extrèmement dangereuse, elle s' abriterait et y perdrait ses opposants!


  Un groupe de huit individus plus ou moins dissimulés sous leurs vêtements et artifices s'étaient réunis devant les portes de Bonta.

-Désolé chef. Je n'ai pas pu l'arrêter!

-Peu importe. La chasse commence, et ne sera pas aisée! dit le xelor masqué, d'une voix aiguë. Jareg, Traros, vous êtes les plus aptes à vous dissimuler. Suivez la dans les bois. Faites une battue en règle. Les autres, venez avec moi, nous allons l'attendre de l'autre côté. Evitez de lui faire du mal, la jeune fille ne m'interesse pas, et il y a déjà eu assez de morts inutiles.

  Acheva-t-il en lançant un regard aux deux miliciens morts. Il ordonna à l'osamodas au marteau démesuré de dissimuler les corps alors que le cra, qui avait enlevé son capuchon, et l'écaflip qui avait était le premier à trouver Cylisa courraient vers les bois. Les chasseurs et la proie avaient été décidés, mais peut être que la situation allait se renverser... La proie n'était pas seule après tout! Mais ça, les chasseurs semblaient en être plus qu'avertis!


Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Sam 28 Aoû - 20:56 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

  -Où diable penses tu aller? C'est le bois de Litneg là bas! Je m'y suis déjà rendue en m'accrochant par mégarde à un milimulou, c'est un véritable enfer! Si tu continues sur cette route, tu vas finir en ration pour trooll!

-Je préfère prendre ce risque et l'infliger à mes poursuivants plutôt que de finir ma tête au bout d'une pique! Ou quoi que ce soit qui s'en rapproche!

-Hmmf! Comme tu veux, mais je ne resterais pas sur ton épaule quand tu sentiras l'haleine fétide des troolls!

  Rachnédra termina ainsi la brève discussion dont elle sortit avec une mine boudeuse, ou le résultat qui s'en approche le plus sur une araknée. Cylisa, quant à elle, ne freina sa course sous aucun pretexte, se sachant traquée, elle assimilait un arrêt à une mort certaine. Sans doute n'avait-elle pas tort, néanmoins, une fuite aussi peu organisée résultait à une conclusion assez peu différente, et la jeune fille ne dut son salut qu'à la bonne fortune que lui accorda Ecaflip en cet instant. Dans sa course effreinée, le vent rugissant à ses oreilles pour seul son, elle n'avait pas perçu le trooll pourtant immense qui lui barrait la route. Lorsqu'elle aperçut la masse de fourrure grisâtre et salie tant par la boue que par du sang à la provenance indéfinissable, elle eut beau ordonner à ses jambes de s'arrêter, l'élan qu'elle avait pris était trop important. L'arrêt de sa course s'avéra aussi inattendu que brutal et douloureux, étant donné qu'une racine saillait du sol bourbeux, grâce soit rendue aux pluies abondantes des dernières semaines, et que le pied de Cylisa se logea admirablement dedans. La chute fut rude, mais le trooll ne perçut pas Cylisa, et elle récolta quelques échymoses et meurtrissures au lieu d'un affrontement avec une créature trop colossale pour elle.

-Hmmf! Hmmm hmmm hmmm!

  L'araknée s'extirpa avec difficultés de sous l'épaule de la sadidette où elle s'était retrouvée lors de la chute de celle ci.

-Hmmfwaa! Enfin sortie! je ne veux pas te paraitre grossière mais tes aisselles ne sentent pas meilleures que celles d'un autre sadida! Pourtant, j'en...

  Cylisa lui intima le silence en pressant avec agitation son index sur ses lèvres.

-Allons Cylisa, je t'ai déjà dit que tu étais la seule personne à m'entendre! Ou du moins, je le suppose! Ce qui me permet de parler en toues circonstances pour t'agacer. Mais je crois qu'il vaut mieux te laisser te concentrer en ce moment...

  La jeune fille lui décocha un regard meurtrier.

-Oui vraiment, tu n'as pas l'air très disposé à m'écouter là tout de suite... Un instant de silence. Tu sais Cylisa, je ne tiens n'y à t'affoler, ni à te pousser à déranger ce trooll, mais une sorte de maigrelet avec un vieil arc qui sent le bois moisi d'ici s'approche à pas lent. On dirait un chat qui va fondre sur une souris.

  Consternée, Cylisa regarda derrière elle et perçut l'individu en question. Le cra avait remis sa capuche et s'approchait à pas lents, à la fois pour ne pas éveiller l'attention du trooll, mais aussi pour éviter d'alerter sa proie. Son traqueur avait la main haute, et la jeune fille en était tout à fait consciente. il lui suffirait d'une flèche pour gagner, et Cylsa était quasimment immobilisée par la proximité de la créature. Mais comme toujours, la sadidette n'était pas seule! S'approchant de son amie à huit pattes, un murmure quasimment inaudible franchit ses lèvres.

-Rachnédra, nous allons ruser, et prier. Emploies le chemin le plus discret pour arriver jusqu'à notre poursuivant, ensuite, mords le, je veux qu'il hurle assez fort pour que tous les troolls du coin soient avertis de sa présence!

-Hmmm...Je ne vais pas le mordre, mais il va crier, de frayeur autant que de douleur! Hihihi! Tu ne croyais tout de même pas que j'étais une araknée ordinaire?

  Sur ces derniers mots, la petite créature s'en alla sans un bruit. L'attente parut durer des heures pour Cylisa, et chaque, seconde, elle attendait de sentir la pointe de flèche pénétrer dans son dos. L'appréhension fit couler quelques gouttes de sueur de ses temps jusqu'à son menton. Cylisa eut la crainte que la créature ne sente son odeur, mais elle navait pas réagi depuis plusieurs minutes qu'elle était là...
  Ce fut comme si la torture subite et violente à laquelle on le soumettait l'écerchait vif tout en l'eviscerant! Un hurlement qui à lui seul donnait la définition du mot "Terreur", et présentait une idée concrète de "Supplice". Le trooll réagit instantanément. Cessant ses va et vients, il regarda le cra, puis s'avança de quelques pas. Un long filet de bave chût sur l'épaule de Cylisa, juste sous le trooll, puis la créature partit en une course effreinnée jusqu'à sa proie nouvellement désignée.
  Comme émergeant d'un rêve, l'archer ouvrit des yeux écarquillés sur son nouveau prédateur. Mais il ne gaspilla pas son temps, s'écartant à grands pas chassés, aussi vite que s'il courrait de front, il brandit son arc, et, sans prendre la peine d'encocher une flèche de son carquois, battit des paupières au milieu d'un visage concentrée et fit apparaître un trait enflammé à son arc.  Cela ne suffirait pas, bien entendu, à arrêter le trooll, mais le cra ne comptait pas s'arreter là!
  Cylisa, quant à elle, ne perdit pas son temps, elle se releva, et, négligeant la douleur liée à la chute, et la lassitude de ses membres d'être restée dans la même position plusieurs longues et angoissantes minutes, elle prit ses jambes à son coup. Seul le bruit singulier de deux dés s'entrechoquant en un glas régulier et monotone la fit s'arreter...


Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Jeu 9 Sep - 20:31 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

  Comme un frein frappant le sol à chaque claquement, le bruit des dés incita Cylisa à ralentir proggressivement, puis à s'arrêter et à regarder autour d'elle. Le dénommé Traros se tenait, le dos droit contre le tronc d'un hêtre. Dans un geste théâtral et ample, il lança deux paires de dés, puis les rattrappa vivement un par un avant de river ses yeux de prédateurs sur celle qu'il prenait pour sa proie, Cylisa.

-Je suis en veine aujourd'hui. Aucun dé n'a atteint la ligne de mon bassin avant que je ne le rattrape, aucun trooll, aucun mulou ne m'a dérangé dans ma poursuite, et, alors que je prends un petit repos bien mérité, qu'est-ce que je trouve? La fille à l'esprit! Vraiment, c'est une bonne journée.

  Cylisa resta coite. L'affrontement paraissait inévitable. Tout en gardant affiché un stoïcisme farouche, elle fit apparaître un long bâton stylisé entre ses mains.

-Ah! Voilà une partie de ta force! Une matérialisation hors du commun! Tu sais, tu n'es pas la seule à avoir cette capacité!

  Le regard de l'ecaflip, qui jusqu'alors se promenait aux alentours, se fixa de nouveau dans les yeux verts de Cylisa. En un geste rapide, il transféra les deux dés de sa main gauche vers ceux de sa main droite, si vite que les cubes n'apparurent à Cylisa que comme deux petits éclairs blancs. Il tint ensuite sa paume droite devant lui sans cesser de fixer Cylisa.

-Je suppose que tu n'as que trop rarement vu les cras se battre. Certains gardent un arc dans leur dos. D'autre le matérialise, comme tu le fait avec ce bâton! Néanmoins, il n'apparait qu'une fraction de seconde, tout comme le trait qu'ils tirent. Tes pouvoirs dépassent toute limite du commun des mortels. D'ailleurs, la seule limite à ta puissance, est celle qu'un parasite a fixé à ton organisme.

  Traros marqua un temps de silence mesuré.

-Cet esprit qui t'habite, et qui limite tes possibilité... Il finira par les limiter tellement qu'il te tuera! Néanmoins, tu es robuste. La preuve en est que ton corps parvient à supporter deux esprit en lui. Tu es un être supérieur pour pouvoir tenir face à un tel exercice, du corps et de l'esprit. De mon point de vue, tu es une envoyé de Sadida. Et cet esprit te limite afin de t'empêcher de communiquer avec ton Dieu. Pour tout te dire, cette entité nous interesse. Tu peux m'affronter, ou juste me suivre! Nous extrairons cet être de ton corps, afin que tu aies les pleines fonctions de toi même, quoi que tu sois rééllement. Tout le monde en serait gagnant!

  Le doute germa en une pousse suppurente et infectieuse dans la tête de Cylisa. Etait-il honnête?

-Cylisa! Tu ne dois pas l'écouter! C'est un ecaflip, il Bluff! Il est simplement en train de s'amuser comme un jeune félin en te plongeant dans le désarroi! Il ment complètement! Il est impossible de m'extraire de toi, sauf lorsque j'aurais décidé de m'en aller! Et si je pars dans l'état actuel des choses, tu mourras Cylisa!

  Hélas, les explications d'Orme ressemblaient plus à des menaces et des supplications désemparées qu'à quoi que ce soit d'autre... Que devait-elle faire? Que devait-elle penser? Qui disait vrai? Etait-elle... Humaine..?

-Je te jure que nous te débarrasserons de cette sangsue qui t'habite. Tu seras alors... une, entière. Tu auras ta complète puissance d'envoyée, de messager des Dieux! Tu pourras accomplir ton devoir! Diable! Ce que j'aimerais avoir un chemin tout tracé comme toi! Hélas, je ne suis qu'un guerrier parmi tant d'autre, que la bonne fortune a fait rejoindre une cause noble... Mais si demain la bonne paye change de camp, je devrais faire de même, et devenir néfaste à ce monde, sans doutes... C'est le seul choix de vie pour moi...

  Cylisa n'avait pas perçu cette parcelle du personnage auparavant... Un sentiment de compréhension vis à vis de son poursuivant se diffusa en elle. Bien qu'il n'aie aucune destinée de tracée, le choix ne lui appartenait pas, le dévouant de force à la fatalité plutôt qu'au destin.

-Enfin, je ne suis pas là pour parler de moi. Suis moi, je vais t'amener auprès des autres.

-N'y vas pas! Il te trompe! Ses paroles se diffusent en ton âme comme un poison dans tes veines! S'ils ont un quelconque moyen de m'extraire de toi, tu es perdue Cylisa! Moi je vivrais, encore plusieurs centaines, plusieurs milliers d'années, mais toi, tes jours te seront automatiquement comptés! Et je ne pourrais revenir te sauver à temps! Pour chacun de tes actes, tu évacues trop de ton énergie vitale, je m'évertue à la ramener à toi. Sans moi, tu serais morte depuis longtemps! Et si je m'en vais maintenant...

-Que va-t-il se passer..?

  Cylisa avait parlé tout haut, tant et si bien que Traros, lui tournant déjà le dos en se dirigeant vers Bonta, se retourna pour lui répondre.

-Je ne parviendrais pas à réintégrer ton enveloppe corporelle à temps. Je partirais dans un flou spirituel qui est trop complexe pour que je te l'explique, mais, dans tous els cas, je ne pourrais revenir à temps!

-Nous allons t'extraire ce parasite! Ne t'inquiètes pas, jeune fille, tout se passera bien.

  Le ton calme et le sourire charmeur de l'ecaflip arrivèrent après que Cylisa fut plongée dans des réflexions qui décideraient de son sort, mais elle avait bien compris ce qu'il avait dit. Elle tentait tant bien que mal de la mangrove que le doute avait semé en elle afin de parvenir à la vérité. Sous l'intensité de l'effort, des étincelles crépitaient involontairement dans ses paumes. Ses yeux se plissèrent et elle retint son souffle. Qui devait-elle suivre? Et si elle avait été trompée? Une sensation de trahison, jusqu'alors une angoisse parsemée de doutes qui se tenait tapie dans son esprit, surgit alors. Cependant, sans lui parler, Orme tentait de raisonner Cylisa. Puis, ce fut l'acte qui dirigea la sadidette. L'esprit qui l'habitait depuis maintenant plusieurs mois lui livra tout son être, toute sa puissance, l'autorisant à en disposer comme bon lui semblait. Un acte de confiance infinie, impossible à décrire, une sensation tout à fait étrangère, que seul l'expérience pouvait décrire. Une exaltation vouée à la vérité, mais surtout, à l'instinct! Un seul mot s'imposait, face à cet assault mental que menait son adversaire, survivre! Les pupilles de la jeune fille se teintèrent de vermillion et se dilatèrent jusqu'à occuper tout l'iris, ne laissant qu'un lac ensanglantée au milieu d'une plaque de glace. Les étincelles qui apparaissaent partout autour de Cylisa finirent par former des éclairs qui nimbaient son corps d'une mousseline d'or. En réponse aux paroles de Traros, elle lâcha sèchement:

-Orme! Il s'appelle Orme!

  Traros avait compris. Il dégaina son épée de la main gauche, sans lacher ses dés à l'autre main. Finalement, Cylisa choisissait le terrain de l'affrontement, et il aurait lieu dans un monde bien réél, où le doute n'existait pas; le sang était le sang, le fer était le fer, et la mort était inévitable!


Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Mer 22 Sep - 16:41 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

  Traros présenta sa main droite, paume vers le ciel, à Cylisa. L'espace de quelques secondes, deux dés à douze faces apparurent dans la main de l'ecaflip. Il les lança au sol, puis, losrqu'ils se stabilisèrent, ils disparurent purement et simplement.

-Il s'agit de ma matérialisation, mes dés prédisent à l'avance l'issue du combat. Un douze et un un. La victoire sera incontestable, et l'un d'entre nous deux mourra. N'est-il pas excitant de savoir que la mort va descendre en ce lieu à l'issue de notre affrontement? J'avoue que l'envie de la voir une fois de plus me taraude. Je lui ferais signe de la main pour la troisième fois, lorsqu'elle s'en ira avec l'esprit du vaincu!

  Cylisa restait de glace, en apparence... Ses dés avaient-ils fixé l'issue de leur combat..? Une angoisse puissante saisit la sadidette au ventre, ses jambes tremblaient, et sa prise sur son bâton était incertaine. Elle n'avait jamais tué un individu en étant elle-même... Peut-être était-il mieux de subir la mort que de l'infliger..? Alors qu'elle pensait que l'affrontement qui se préparait serait bien matérial, voilà que Traros semait à nouveau le doute sur elle. Une seule façon d'être fixée se présentait à Cylisa.
  Elle bondit vers son ennemi et lui assena un violent coup de bâton sur le crâne, qui, pourtant, s'arrêta sur le fil de l'épée levée de l'ecaflip. Celui-ci n'attendit pas pour assener un violent coup de poing dans l'abdomen de la jeune femme. Le souffle coupé, elle recula de quelques pas et tendit futilement son bâton vers l'avant pour parer un coup qui ne venait pas. Son arme s'abaissait inexorablement. C'est lorsqu'elle vit la pointe de la lame fondre sur elle qu'un violent besoin s'imposa à son esprit. Il lui fallait se protéger! Elle avait besoin d'un rempart,  d'une protection, sur l'instant! Son vulgaire bout de bois était insuffisant, il finirait en allumettes en moins de deux! De l'acier. Voilà ce qui lui fallait! De l'acier solide, capable d'empêcher une épée de se glisser entre ses côtes!
  Le temps parut se ralentir, l'élan de l'épée courte se réduire, et la fatigue du bras de Cylisa, s'estomper. Une aura grisâtre nimba l'épaule droite de la jeune fille, et parcouru avec une force délicate et soucieuse de ne pas blesser, la bras tendu vers son ennemi. Arrivé aux doigts, l'aura fit disparaître le bâton, et des rayons argentés s'élancèrent dans la prolongation de ses doigts. Mûe par un instinct de survie, elle tendit sa paume vers son ennemi, et releva la main vers la pointe d'épée. Alors que l'écier tranchant se rapprochait de la paume de Cylisa, l'aura grise sembla prendre de la consistance, s'épaissit au niveau de la main, et les rayons d'argent se rejoignirent par de longues traînées brillantes. Les yeux verts de Cylisa se teintèrent d'une résolution nouvelle de se défendre!
  Un fracas métallique retentit lorsque l'épée de Traros entra en contact avec le bouclier matérialisée de Cylisa. Entraîné par son élan, l'ecaflip chût aux pieds de son adversaire. La sadidette ne devait pas attendre. Elle abattit sa main métallique refermée en un poing épais sur le visage de Traros durant sa chute. Le choc ferma les yeux du duelliste.
  Cylisa venait de trouver la méthode qui lui permettrait de se défendre contre les assauts de ses ennemis. Une posture purement défensive qui nimbaît son corps d'effluves grises aux senteurs froides et dures. Son instinct la guidait pas à pas vers ses capacités maximales. Une puissance cachée en elle lui permettait d'expérimenter de nouvelles tactiques de survie.

-La mort, vraiment? Les ecaflips ne peuvent s'empêcher de prendre des airs théâtrals pour leurs coups de bluff! Tu t'es bien battue, sans l'aide de personne. Continuons notre route Cylisa, nous ne pouvons nous attarder ici!

  Sans répondre, elle opina du chef et reprit sa progression. Rachnédra vint se nicher sur son épaule en sautant d'une branche d'arbre.

-Comment as-tu fait pour le faire hurler ainsi?

-Rien de spécial, je lui ai simplement livré un petit cadeau. Je vois que tu t'es occupée de ton adversaire toi aussi. Je ne nous ai compté que deux poursuivants, nous devrions en avoir fini maintenant. Sortons d'ici!

  Cylisa acquiesça une fois de plus. Mais, sa progression de Vlad en Ougah se poursuivait, elle s'en rendit compte lorsqu'elle aperçut le reste de ses adversaires à la sortie du bois... L'un d'entre eux s'avançait.
  Un osamodas aux épaules de Boufbowler brandit un marteau démesuré. La lente ascension de la masse sembla durer une éternité, tandis que les muscles de l'individu saillaient de son cou de Meulou en un violent effort pour maintenir l'arme brandie. A l'instant ou le marteau atteint son point haut, le temps se figea, et les yeux noirs de l'invocateur se rivèrent à la sadidette. Soudain, ses traits se convulsèrent violemment, et, dans un ultime effort et un cri déchirant de puissance, il abattit son arme au sol! Le choc se répercuta jusqu'aux plantes de pieds de Cylisa, et parut se répandre jusque dans les profondeurs de la terre. Effrayée, Cylisa regardait devant elle sans comprendre. Un léger dénivelé semblait se créer... Mais... Il s'agrandissait petit à petit... Puis de plus en plus vite! L'herbe et l'humus se détachèrent peu à peu de pierres calcaires et de blocs granitiques émergeant du sol. Une argile dure maintenait la multitude de pierres assemblées, qui commençaient à former un semblant de face. Des membres antérieurs apparurent, fixés sur un buste épais qui laissa place à un bassin, et deux pilliers qui se détachèrent du sol avant de s'articuler pour former des jambes. Instinctivement, le regard de Cylisa se reporta sur le visage de la statue. Deux yeux gris comme la pierre s'ouvrirent et fixèrent Cylisa...
  Obéissant à une injonction de son maître, la craqueleur, se dirigea vers Cylisa à pas pesants... Il ne semblait pas animé d'une volonté propre, mais plutôt d'un besoin d'accomplir sa mission. La seule chose extérieure à l'invocation qui retint le regard de Cylisa, était une flèche issue d'une traînée verdâtre fichée dans l'épaule du monstre...


Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Dim 19 Déc - 10:35 (2010)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

  La flèche sembla puiser dans les forces du craqueleur, jusqu'à l'en vider totalement. Il se fissura de partout avant de tomber en morceaux. Cylisa observa les alentours. Une cratte. Son compagnon, Mac-Leod se tenait derrière elle. Sans attendre une seconde de plus, il se rua dans la mêlée. Derrière l'Osamodas se tenaient un xelor, un cra, et un féca. Apparemment, c'était tout, et déjà pas mal! Ils étaient à quatre contre trois, et si l'osamodas continuait à convoquer ses animaux de compagnie, ils seraient vite submergés! Les flèches pleuvaient sur ses ennemis, mais Cylisa savait que Tchupinette, sa camarade disciple de cra, ne pourrait tenir ce feu nourri bien longtemps, s'apprêta à se jeter dans la mêlée à son tour. Mais d'abord, mieux valait mettre hors d'état de nuire cet invocateur. Cylisa concentra l'énergie de son corps dans ses paumes, puis les appliqua au sol. Toute sa force suivit un flux d'énergie sous-terrain qu'empruntaient l'eau, les racines, et d'autres éléments, tant minéraux que végétaux. L'osamodas avait levé son marteau vers Mac-Leod, qui était désormais au contact de ses ennemis, sa position privilégiée. Des racines sortaient du sol, et s'enchevêtraient autour des pieds de leur adversaire. Surpris, il stoppa le mouvement de ses bras. Les racines progressèrent, puis des pans d'écorces vinrent s'apposer sur le son corps. Très vite, il fut entièrement recouvert d'écorce et de branches. Il était transformé en arbre pour une courte durée, une courte durée où ils n'auraient pas à se soucier de lui, le temps de s'occuper de ses camarades.
  Cylisa courrait vers ses ennemis désormais. Des décharges aquatiques jaillissaient de ses doigts pour aller percuter ses adversaires. Pourtant, au fur et à mesure qu'elle avançait, ses décharges d'énergie semblaient ralentir, parcourir, de plus en en plus lentement, la distance les séparant de leurs ennemis. A l'inverse, ses adversaires paraissaient plus rapides, assez pour esquiver les traits meurtriers. Elle comprit; le xelor! Que faire? Comment l'empêcher d'utiliser sa magie?






-Ne cherches pas à les atteindre un à un, vises les tous!


  Un de ses ennemis se rapprochait d'elle à vitesse grand V. Ne pas chercher à les atteindre un par un... Elle se perçut comme une pompe permettant d'extétioriser toute l'énergie en elle, y compris celle détenue par Orme. Une violente déflagration s'échappa d'elle. Sans doutes les sortilèges temporels des xelors étaient-ils soumis à la condition de ne pas trouver d'adversaire à la puissance magique supérieure. Dommage pour lui, Orme était là! Son sortilège se dissipa, tous ses alliés se trouvaient déstabilisés, le xelor le plus étonné. De son côté, Mac-Leod avait accusé quelques coups, mais cela ne l'empêchait pas de riposter avec autant, si ce n'était plus de vigueur! Tchupinette, quant à elle, avait vu ses ennemis se rapprocher d'elle, il lui fallait prendre à nouveau de la distance pour être efficace. Le xelor était au centre, le cra sur Mac-Leod, le féca sur Tchupinette, et l'osamodas commençait à se dépêtrer de son enveloppe végétale. Leur chef semblait sonné, il leur fallait pousser leur avantage! 
  Toute leur puissance fusait sur leurs adversaires. Les flammes et les déferlantes de la sadidette, les flèches de la cratte, et les coups puissants du sacrieur. Ils en vinrent très vite à bout. Pourtant, tout n'était pas fini. Mac s'était figé, il regardait derrière Cylisa. Un trooll égaré était sorti du bois de Litneg... Le sacrieur interpella Cylisa.


-Cours! Ne t'arrêtes pas!


  Il partit au devant du danger, face à face avec leur ennemi. Cylisa aurait aimé interroger ses agresseurs, mais elle n'en avait pas le temps! Il lui fallait fuir! Derrière elle, Mac-Leod accusait les coups de son titanesque ennemi... Cela la dégoûtait, mais elle devait le laisser derrière! Pourvu qu'il s'en sorte...


Revenir en haut
              

Acoguard
Compagnons

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2010
Messages: 35

Message Posté le : Dim 21 Juil - 21:27 (2013)    Sujet du message : Cylisa Répondre en citant

Chapitre 3 : réveil  


Cylisa poursuivit sa course effrénée pendant plusieurs dizaines de minutes.  Les pas de plusieurs Troolls se faisant entendre à intervalles de temps réguliers. Cylisa trouva finalement un bosquet où se cacher. Au loin, plusieurs cris retentirent : le rugissement des trolls furieux, et le hurlement de fureur et de désespoir d'un Compagnon qu'elle ne reverrait plus... Les forces de la sadidette s'épuisaient. La violente décharge d'énergie à laquelle elle avait eu recours l'avaient totalement vidée de ses forces. Dans un dernier effort, usant de la puissance d'Orme, Cylisa se recroquevilla dans un cocon végétal, les ronces s'enroulant autour de son corps, leurs feuilles formant une seconde peau. Un sommeil réparateur enveloppa la jeune disciple de Sadida, pour laquelle la notion de temps devenait de plus en plus floue...


  Quelle heure était-il? Quel jour aussi? Le froid était revenu... Juste un peu de mauvais temps? Ou bien... 
  Cylisa émergea de son long sommeil. Des fragments d'écorce tombèrent de sa peau, des ronces flétries coulèrent le long de son corps en plein réveil, la lumière du froid soleil d'hiver éblouit ses yeux restés fermés trop longtemps. Combien de temps avait-elle dormi?


- Tu es de retour! Navré de n'avoir pu tenir longtemps, mes forces s'étaient épuisées avec les récents affrontements. Navré de t'avoir plongé dans un si long sommeil...


- Long comment?


- Quelques mois je pense...


- Les Compagnons... J'espère que tout va bien...





  Cylisa erra dans le bois de Litneg pendant quelques heures avant de parvenir aux fortifications de Bonta. La cité restait la même, mais semblait... Changée! Les miliciens étaient au repos, comme si ils ne craignaient plus rien de Brakmar, les badauds paraissaient las, et les quelques guerriers qu'elle croisait semblaient défier du regard tout autre aventurier de passage à la cité blanche. 
  Cylisa se rendit à la taverne, histoire d'y glaner des informations sur la situation actuelle. Une tête connue l'y attendait!


- Vous ici?


  Son interlocuteur était un Osamodas dont la tête n'était pas inconnue... Matsiak Inah Tuifen du clan Tuifen, membre éminent des Compagnons du Destin! Une belle aubaine que de le rencontrer ici! Comme à son habitude, il jouait avec un de ses tofus, plus par réflexe que par jeu d'ailleurs! 


- Venez! Venez parler! Les choses ont beaucoup changé depuis votre... Disparition..?


- Oui, c'est une histoire compliquée... Je me réjouis néanmoins de retrouver les compagnons! Tout le monde est-il là?


  Matsiak ne répondit pas tout de suite. 


- Il se trouve que Mac Leod et Tchupinette ont disparu en même temps que vous...


- Ils sont...


- Morts? Cela m'étonnerait bien! Vous les connaissez aussi bien que moi, il en faut plus pour en venir à bout! Peut être reverrons nous Mac Leod un jour, qui sait?


- Je l'espère... Que se passe-t-il dehors? les choses ont l'air changées... Où sont les brakmariens sans cesse à l'assaut de Bonta? Où sont les traqueurs qui arpentent les terres sans répit?


- Cette querelle est dérisoire désormais! La guerre fratricide, bien que non terminée, s'est bien calmée ces derniers temps... Devant l'affaiblissement croissant des deux grandes cités, les guildes d'aventuriers les plus influentes se sont regroupées en alliances qui se battent pour la possession des territoires d'Amakna et d'ailleurs! Mais nous ne sommes pas restés sans réaction face à ces agressions! Nous aussi nous sommes alliés avec d'autres guildes aux aspirations similaires, pour former l'alliance qui s'élève devant l’oppression ; Le Nouveau Désordre Mondial!


  Cylisa était emballé par les talents d'orateur de Matsiak quand ton tofu gâcha tous ses effets en lui tirant sur les cheveux, provoquant un hoquet de douleur, et une petite larme alors que le volatile extrayait son précieux trophée du crâne de son maître.


- Il est bien que vous soyez revenue Cylisa! Le Nouveau Désordre Mondial a besoin de vous! Vous battrez vous à nouveau à nos côtés?


- Cela va sans dire! Bien que je doute fortement être au bout de mes peines... Je ne sais pas combien de temps j'ai dormi, mais je doute que mes poursuivants aient arrêté de me chercher.


  Matsiak eut l'air étonné.


- Do.... Dormi? Pendant 6 mois?


  L'osamodas se rendit compte que la réputation des sadidas en matière de sieste était peut être loin de la vérité...


- Pour simplifier oui... Bon, et où se trouve notre meneur et ses os cliquetant?


- Hmmm... Je doute que nous puissions le voir avant la prochaine Lune! Il est dans d'interminables entretiens diplomatiques où, pour une fois, je ne l'accompagne pas. En tout cas, ravi de vous retrouver Cylisa!


  La sadidette ne répondit pas. Après tout, Matsiak aussi savait très bien à quoi s'en tenir à ce sujet!
























Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 21:06 (2017)    Sujet du message : Cylisa

Revenir en haut
              

   les compagnons du Destin Index du Forum .::. Membres de la guilde.
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Portail | Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.